Chemin des Quartiers 18, 1660 Château-d'Oex  -  026.924.64.21

News

Entrée en vigueur de la version révisée de la loi vaudoise sur l’énergie et de son règlement d’application l’entrée en vigueur de la version révisée sera au 1er juillet 2014.

 

Cela signifie donc que dès le premier juillet tous les permis de construire seront délivré sur la base de la version révisée de la LVLEne, quelle que soit la date à laquelle la demande a été déposée.

 

-Elle vise à soutenir les efforts tendant à se passer de l’énergie nucléaire.

 

-Les autorités communales et cantonales s’assurent de la concordance des dispositions et décisions qu’elles prennent en application de la loi avec les objectifs poursuivis par la présente loi.

 

-Les communes vérifient la conformité des projets avec la présentent loi.

 

-Lors de l’installation de renouvellement et de l’assainissement significatif d’une installation de chauffage fonctionnant au gaz, au mazout, ou au charbon un Certificat énergétique du bâtiment tel que défini à l’art 39a doit être établi.

 

-Le conseil d’Etat fixe un seuil de consommation au-delà duquel une analyse des possibilités d’assainissement doit être effectuée.

 

-Les besoins de chaleur pour les bâtiments NEUFS chauffés au mazout ne doit pas dépasser 60% des besoins admissible (SIA 380/1).

 

-La qualité énergétique des bâtiments d’habitation chauffés, vendu ou en location doit être évaluée via un Certificat énergétique.

 

-Le certificat est établi par un expert reconnu par le service.

 

Et bien d’autre.

 

Je suis à votre disposition pour toutes démarches concernant ces changements

Article paru dans le Journal du Pays d'Enhaut le 21 mars 2013

Réponses de l'article du 21 mars 2013

Messieurs du centre patronal,

Concerne: stratégie énergétique 2050:

<< De sombres perspectives>> parues jeudi 21 mars

Point de vue d'un entrepreneur:

Pas très objectif votre point de vue, quand à votre remarque, je cite: <<qui interdit le recours aux technologies nucléaires, nuirait gravement à la prospérité>> peut-on comparer l'économie suisse aux désastres et coûts que cette technologie a apportés à ce jour, il faut le demander aux personnes qui luttent tous les jours et qui ne pourront pas réhabiliter pour des générations la terre de leur enfance, de leurs parents, de leurs ancêtres.

Quant aux renchérissements, si l'énergie nucléaire avait été délivrée à son juste prix (je laisse libre cours à cette réflexion) dès son lancement, je ne pense pas que l'écart serait aussi important que vous le dites.

Aucune proposition si ce n'est << permettant aux solutions les plus rentables et efficaces de s'imposer grâce à la concurrence>> un peu léger comme proposition. Vous citez le recours accru aux énergies renouvelables, solaires, éoliennes, hydrauliques ou autres, au gaz, mais jamais vous ne mentionnez la possibilité de baisser notre consommation. Chaque personne sensibilisée à cette action a un potentiel important de contribuer à la démarche <<stratégie énergétique 2050>>. (en 1960 nous consommions par personne environ 2000 watts actuellement nous en sommes à 6000 watts).

Bien sûr tout n'est pas rose dans cette approche, mais au moins plusieurs propositions et suggestions sont proposées et nous ne pourrons  dans tous les cas faire moins de dégâts que certaines décisions ultérieures, il faut laisser une chance aux personnes désireuses de rendre cette planète un peu moins risquée, car certaines décisions du passé représentent des sommes exorbitantes suite aux catastrophes non maîtrisées et ne pensons pas que c'est de la malchance, le risque est trop grand.

Je n'ai pas envie de laisser aux générations futures un tel problème en me comportant égoïstement en pensant: après moi le déluge.

<< ceux qui savent ne disent pas, ceux qui disent ne savent pas>>. Proverbe japonais

                                                                                                                     

                                                                                                                                         Turrian Jean-Jacques

Pour quand la vérité sur le nucléaire?

​Depuis 6 ans, l'association <<pour une OMS indépendante>> manifeste silencieusement devant le siège de l'OMS (organisation mondiale de la santé) à Genève.

Les vigies qui affrontent jour après jour la pluie, la neige et l'indifférence du monde, demandent l'abrobation d'une convention de 1959 qui lie l'OMS à l'agence internationale pour l'énergie atomique (AIEA), sur les questions de radioactivité et santé. Depuis plus de 50 ans, quand il s'agit de protéger et de soigner les malades de la radioactivité, L'OMS se fait la porte-parole de L'AIEA, lobby de l'énergie nucléaire et des puissances atomiques. Avec pour résultat que selon l'OMS, Tchernobyl n'a pas eu d'effets négatifs sur la santé des gens, ni Fukushima! Des centaines de milliers de gens évacués et spoliés de leurs terres à tout jamais, des centaines de milliers de pompiers de Tchernobyl, sur les 600'000 hommes engagés appelés <<liquidateurs>>, morts prématurément, un nombre incalculable d'habitants touché dans leur santé, enfants surtout, dont les souffrances sont niées par l'OMS.

Mais, en même temps que les gens souffrent et meurent, les médecins soignent et font leurs statistiques, le monde scientifique étudie, se réunit, parle et publie, la société civile se mobilise, et la vérité suinte de partout jusqu'au jour où le scandale éclatera.

Et chez nous, alors que l'accident du Japon a enfin réveillé le monde politique, les bonimenteurs continuent à polluer le débat jusque dans notre journal local préféré; les énergies renouvelables ne seraient pas assez ci ou trop de ça, les décisions ne seraient pas bonnes à prendre dans l'urgence et les autorités élues auraient le grand tort de se positionner. Allons donc, le peuple et ses représentants ne se laisseraient plus manoeuvrer à souhait et auraient le tort de prendre des décisions à la place de nos marchands de mort ?

Nos bonimenteurs s'expliquent en ce moment en justice pour être accusés d'avoir falsifié les comptes des sociétés qui exploitent les centrales de Leibstadt et Gösgen. Les réserves pour le démantèlement des centrales ont glissé du passif à l'actif du bilan, permettant ainsi que les caisses se vident et qu'au jour de la fin de l'exploitation il n'y ait plus rien pour démontrer ces engins sournois; des milliards de francs de travaux qui serait alors à la charge de la collectivité.

Facile de prôner la régulation par le marché et de faire de l'électricité pas chère dans le mensonge et la tricherie, tout en laissant les autres payer les dégâts, les nettoyages et le malheur, aux siècles des siècles...

                                                                                                                                Philippe Morier-Genoud

dipl.énergie EPFL et Vigie devant L'OMS

Pour une PMS-indépendante, voir sur http://independentwho.org/fr/ ou sur https://fr.wikipedia.org/wiki/independent_WHO

Article paru dans le magazine batimag N°10 du 29 octobre 2016